Vivre pour la raconter

Vivre pour la raconter

Titre de livre: Vivre pour la raconter

Éditeur: Le Livre de Poche

ISBN: 2253116831


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Vivre pour la raconter.pdf - 45,378 KB/Sec

Mirror [#1]: Vivre pour la raconter.pdf - 41,182 KB/Sec

Mirror [#2]: Vivre pour la raconter.pdf - 25,713 KB/Sec

Vivre pour la raconter

Il fallait bien Gabriel Garcia Marquez pour écrire cette œuvre phénoménale, il fallait bien l'auteur de Cent ans de solitude et de Chronique d'une mort annoncée pour livrer cette part de rêve romanesque puisée dans la vie. Parce que ce nouvel opus du chef de file et de rang de la littérature latino-américaine, qui aura presque traversé le vingtième siècle, est tout simplement le livre d'une vie, où se mêleraient fiction et réalité. Écrivant à la première personne, voilà ce qui serait du Garcia par Marquez. Où tout l'homme et tout l'écrivain s'y retrouveraient, mis à jour jusqu'à l'âge de trente ans, dans un premier volume de confidences. Marquez balbutiant ses premières phrases, inlassable lecteur dans une faculté de Droit, imprégné de poésie, luttant avec les mots et les recueils de nouvelles, journaliste, auteur d'un premier roman d'abord refusé (Feuilles dans la bourrasque). C'est là ni plus ni moins à la naissance d'un écrivain qu'on assiste, formé à l'école du reportage et des soirées où se refait le monde, un écrivain qui selon son habitude ne s'embarrasse guère d'encombrer ses pages de noms pour perdre le lecteur et le retrouver plus tard, après mille et une beuveries (on boit beaucoup à Bogota !). En attendant la suite, ce sont ici des premières mémoires jubilatoires, rien que ça ! --Céline Darner

Livres connexes

Il fallait bien Gabriel Garcia Marquez pour écrire cette œuvre phénoménale, il fallait bien l'auteur de Cent ans de solitude et de Chronique d'une mort annoncée pour livrer cette part de rêve romanesque puisée dans la vie. Parce que ce nouvel opus du chef de file et de rang de la littérature latino-américaine, qui aura presque traversé le vingtième siècle, est tout simplement le livre d'une vie, où se mêleraient fiction et réalité. Écrivant à la première personne, voilà ce qui serait du Garcia par Marquez. Où tout l'homme et tout l'écrivain s'y retrouveraient, mis à jour jusqu'à l'âge de trente ans, dans un premier volume de confidences. Marquez balbutiant ses premières phrases, inlassable lecteur dans une faculté de Droit, imprégné de poésie, luttant avec les mots et les recueils de nouvelles, journaliste, auteur d'un premier roman d'abord refusé (Feuilles dans la bourrasque). C'est là ni plus ni moins à la naissance d'un écrivain qu'on assiste, formé à l'école du reportage et des soirées où se refait le monde, un écrivain qui selon son habitude ne s'embarrasse guère d'encombrer ses pages de noms pour perdre le lecteur et le retrouver plus tard, après mille et une beuveries (on boit beaucoup à Bogota !). En attendant la suite, ce sont ici des premières mémoires jubilatoires, rien que ça ! --Céline DarnerIl fallait bien Gabriel Garcia Marquez pour écrire cette œuvre phénoménale, il fallait bien l'auteur de Cent ans de solitude et de Chronique d'une mort annoncée pour livrer cette part de rêve romanesque puisée dans la vie. Parce que ce nouvel opus du chef de file et de rang de la littérature latino-américaine, qui aura presque traversé le vingtième siècle, est tout simplement le livre d'une vie, où se mêleraient fiction et réalité. Écrivant à la première personne, voilà ce qui serait du Garcia par Marquez. Où tout l'homme et tout l'écrivain s'y retrouveraient, mis à jour jusqu'à l'âge de trente ans, dans un premier volume de confidences. Marquez balbutiant ses premières phrases, inlassable lecteur dans une faculté de Droit, imprégné de poésie, luttant avec les mots et les recueils de nouvelles, journaliste, auteur d'un premier roman d'abord refusé (Feuilles dans la bourrasque). C'est là ni plus ni moins à la naissance d'un écrivain qu'on assiste, formé à l'école du reportage et des soirées où se refait le monde, un écrivain qui selon son habitude ne s'embarrasse guère d'encombrer ses pages de noms pour perdre le lecteur et le retrouver plus tard, après mille et une beuveries (on boit beaucoup à Bogota !). En attendant la suite, ce sont ici des premières mémoires jubilatoires, rien que ça ! --Céline Darner