900 conclusions philosophiques, cabalistiques et théologiques par Jean Pic de la Mirandole

900 conclusions philosophiques, cabalistiques et théologiques

Titre de livre: 900 conclusions philosophiques, cabalistiques et théologiques

Éditeur: Allia

ISBN: 2911188969

Auteur: Jean Pic de la Mirandole


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Jean Pic de la Mirandole avec 900 conclusions philosophiques, cabalistiques et théologiques

Saluons comme elle doit l'être la réédition d'un ouvrage aussi légendaire que difficile. Les 900 conclusions de Pic de la Mirandole sont en effet une des premières tentatives de pensée globale du savoir global. Entendons par là une volonté de dresser un panorama de toutes les thèses savantes analysées selon tous les axes de la foi et du savoir, et ce aux fins de (ré)concilier les hommes. L'artisan de cette tentative est, à l'image de l'ouvrage, un être mythique. Né en 1463 dans le nord-est italien, le comte Jean Pic de la Mirandole meurt à trente ans, en 1493 ; entre-temps, il a usé de sa fortune et de ses fabuleuses capacités intellectuelles pour, outre devenir l'encyclopédie vivante de son époque, maniant toutes les langues, débâtant de toutes les sciences et doctrines, tenter de penser et de réconcilier en leur source les différentes connaissances. Tentative qui lui vaudra prison, persécution inquisitoriale et excommunication. Quel est l'enjeu de ce livre que brûla l'Église en 1491 ? Partant de la discorde savante qui règne, en cette fin du Moyen Âge, entre les différents courants et écoles, Pic tente de retrouver la source unique qui jaillit à l'orée de la pensée. Refusant l'éloquence, il recourt à un style "âpre mais vrai" pour exposer toutes les "conclusions" auxquelles sont arrivés tous les savants, qu'ils soient cabalistes, platoniciens ou aristotéliciens. Trouver un lieu de l'esprit où toutes les idées sont confrontées sans être discordantes, un lieu de contemplation intellectuelle, d'échanges et de circulation où toutes conceptions se confrontent pacifiquement. Â l'arrivée, un ouvrage semblable au dieu des mystiques dont "le centre est partout et la circonférence nulle part".

"Toutes les oppositions devaient trouver une résolution dans leur origine, et l'on verrait ainsi comment les siècles s'étaient écartés de la voie unique, philosophique et religieuse dans laquelle s'était initialement engagée l'humanité. Pic proposait une nouvelle façon d'entrer dans le monde de l'esprit pour pacifier et accorder la communauté des hommes", écrit Bertrand Schefer, l'éditeur et traducteur de ce texte fondamental dont les Michel Serres et Edgar Morin sont aujourd'hui les héritiers. --François Angelier

Livres connexes

Saluons comme elle doit l'être la réédition d'un ouvrage aussi légendaire que difficile. Les 900 conclusions de Pic de la Mirandole sont en effet une des premières tentatives de pensée globale du savoir global. Entendons par là une volonté de dresser un panorama de toutes les thèses savantes analysées selon tous les axes de la foi et du savoir, et ce aux fins de (ré)concilier les hommes. L'artisan de cette tentative est, à l'image de l'ouvrage, un être mythique. Né en 1463 dans le nord-est italien, le comte Jean Pic de la Mirandole meurt à trente ans, en 1493 ; entre-temps, il a usé de sa fortune et de ses fabuleuses capacités intellectuelles pour, outre devenir l'encyclopédie vivante de son époque, maniant toutes les langues, débâtant de toutes les sciences et doctrines, tenter de penser et de réconcilier en leur source les différentes connaissances. Tentative qui lui vaudra prison, persécution inquisitoriale et excommunication. Quel est l'enjeu de ce livre que brûla l'Église en 1491 ? Partant de la discorde savante qui règne, en cette fin du Moyen Âge, entre les différents courants et écoles, Pic tente de retrouver la source unique qui jaillit à l'orée de la pensée. Refusant l'éloquence, il recourt à un style "âpre mais vrai" pour exposer toutes les "conclusions" auxquelles sont arrivés tous les savants, qu'ils soient cabalistes, platoniciens ou aristotéliciens. Trouver un lieu de l'esprit où toutes les idées sont confrontées sans être discordantes, un lieu de contemplation intellectuelle, d'échanges et de circulation où toutes conceptions se confrontent pacifiquement. Â l'arrivée, un ouvrage semblable au dieu des mystiques dont "le centre est partout et la circonférence nulle part".

"Toutes les oppositions devaient trouver une résolution dans leur origine, et l'on verrait ainsi comment les siècles s'étaient écartés de la voie unique, philosophique et religieuse dans laquelle s'était initialement engagée l'humanité. Pic proposait une nouvelle façon d'entrer dans le monde de l'esprit pour pacifier et accorder la communauté des hommes", écrit Bertrand Schefer, l'éditeur et traducteur de ce texte fondamental dont les Michel Serres et Edgar Morin sont aujourd'hui les héritiers. --François AngelierSaluons comme elle doit l'être la réédition d'un ouvrage aussi légendaire que difficile. Les 900 conclusions de Pic de la Mirandole sont en effet une des premières tentatives de pensée globale du savoir global. Entendons par là une volonté de dresser un panorama de toutes les thèses savantes analysées selon tous les axes de la foi et du savoir, et ce aux fins de (ré)concilier les hommes. L'artisan de cette tentative est, à l'image de l'ouvrage, un être mythique. Né en 1463 dans le nord-est italien, le comte Jean Pic de la Mirandole meurt à trente ans, en 1493 ; entre-temps, il a usé de sa fortune et de ses fabuleuses capacités intellectuelles pour, outre devenir l'encyclopédie vivante de son époque, maniant toutes les langues, débâtant de toutes les sciences et doctrines, tenter de penser et de réconcilier en leur source les différentes connaissances. Tentative qui lui vaudra prison, persécution inquisitoriale et excommunication. Quel est l'enjeu de ce livre que brûla l'Église en 1491 ? Partant de la discorde savante qui règne, en cette fin du Moyen Âge, entre les différents courants et écoles, Pic tente de retrouver la source unique qui jaillit à l'orée de la pensée. Refusant l'éloquence, il recourt à un style "âpre mais vrai" pour exposer toutes les "conclusions" auxquelles sont arrivés tous les savants, qu'ils soient cabalistes, platoniciens ou aristotéliciens. Trouver un lieu de l'esprit où toutes les idées sont confrontées sans être discordantes, un lieu de contemplation intellectuelle, d'échanges et de circulation où toutes conceptions se confrontent pacifiquement. Â l'arrivée, un ouvrage semblable au dieu des mystiques dont "le centre est partout et la circonférence nulle part".

"Toutes les oppositions devaient trouver une résolution dans leur origine, et l'on verrait ainsi comment les siècles s'étaient écartés de la voie unique, philosophique et religieuse dans laquelle s'était initialement engagée l'humanité. Pic proposait une nouvelle façon d'entrer dans le monde de l'esprit pour pacifier et accorder la communauté des hommes", écrit Bertrand Schefer, l'éditeur et traducteur de ce texte fondamental dont les Michel Serres et Edgar Morin sont aujourd'hui les héritiers. --François Angelier